Valérie Brunet-Mercier
Impact d'une intervention en vocabulaire ou en conscience phonologique sur la compréhension de lecture des apprenants de première année en immersion en milieu vulnérable
Unité : UQAM, Maîtrise en éducation

Texte de présentation

Je suis enchantée d’avoir l’opportunité de me présenter en tant qu’intervenante en petite enfance. Je suis enseignante en immersion au préscolaire en milieu montréalais vulnérable depuis 8 ans à la commission scolaire Lester B Pearson, mais je compte également quelques années d’enseignement en France. Si enseigner une langue seconde ne faisait pas partie de mon cursus original en enseignement, cette réalité dans laquelle je me suis retrouvée à enseigner a rapidement fait naître en moi un réel désir de développement professionnel.

Ayant pivoté quelques fois entre la maternelle 5 ans et la première année, je me suis très vite intéressée aux difficultés auxquelles pouvaient être confrontés ces apprenants, principalement en compréhension de lecture. L’apprentissage d’une langue chez les tout-petits, spécialement chez ceux qui apprennent à lire dans une autre langue avant leur langue maternelle, et mon amour du développement professionnel m’ont donc poussée à me lancer, en 2014, dans une maîtrise en didactique des langues secondes. En rencontrant Andréanne Gagné Ph.D, ma directrice de mémoire et membre de l’Équipe de recherche Qualité des contextes éducatifs de la petite enfance, les causes éventuelles de difficultés en compréhension de lecture se sont précisées. Est-ce par manque de vocabulaire dans la langue d’instruction ou à cause d’une conscience phonologique déficitaire que les apprenants de première année en immersion des milieux vulnérables n’atteignent pas de résultats comparables à leurs pairs? Grâce aux résultats de cette étude : Impact d’une intervention en vocabulaire ou en conscience phonologique sur la compréhension de lecture des apprenants de première année en immersion en milieu vulnérable (2019), il m’est beaucoup plus facile maintenant de comprendre les difficultés de la population avec laquelle je travaille directement et de proposer des pistes d’intervention concrètes aussi tôt qu’à la maternelle 4 et 5 ans.

En 2017 j’ai fait la connaissance de Helena P. Osana Ph. D de l’Université Concordia qui s’intéresse à la pensée et au raisonnement mathématique des enfants, ainsi qu’aux éléments qui influencent leur apprentissage. La nature de ses travaux a été une révélation pour moi quant à la manière d’aborder « l’art de compter » au préscolaire. Le désir de rendre à ses recherches un côté pratique et accessible en salle de classe s’est tout de suite manifesté. En conséquence, avec sa collaboration ainsi qu’une collègue des services éducatifs, nous travaillons à la mise en oeuvre d’outils, basés sur la recherche, pour cerner et proposer de la remédiation, dès le préscolaire, des difficultés liées à des habiletés mathématiques spécifiques.

Entre autres, grâce à l’expertise que m’ont amenée ces expériences, je suis cette année conseillère pédagogique dédiée aux interventions précoces dès la maternelle 4 ans. Parmi mes projets en cours, je suis heureuse de collaborer avec Une École Montréalaise Pour Tous et de mettre sur pied des communautés de pratiques spécifiques au préscolaire et de proposer des outils d’interventions basés sur la recherche spécifique aux milieux vulnérables montréalais. Dans mon dossier spécifique en soutien aux milieux vulnérables, je m’occupe plus précisément des interventions en numératie précoce et je suis heureuse de continuer à mettre sur pied la trousse d’outils d’intervention pour la maternelle 5 ans.

Bien sûr la situation actuelle de la pandémie dans les écoles apporte beaucoup de changement quant à l’aide que je fournis aux enseignant(e)s en tant que conseillère pédagogique. Parmi mes projets à court terme j’aimerais apporter un plus grand soutien quant à l’apprentissage par le jeu à la maternelle et soutenir l’importance de la littérature jeunesse en classe. Mais surtout, je souhaite contribuer à développer, avec l’arrivée de la maternelle 4 ans dans nos écoles, une communauté préscolaire visant à revaloriser le travail et l’importance de celui-ci.

vbrunet@lbpearson.ca

Octobre 2020

Unité : UQAM, Maîtrise en éducation

Domaines d'expertises

Je suis enchantée d’avoir l’opportunité de me présenter en tant qu’intervenante en petite enfance. Je suis enseignante en immersion au préscolaire en milieu montréalais vulnérable depuis 8 ans à la commission scolaire Lester B Pearson, mais je compte également quelques années d’enseignement en France. Si enseigner une langue seconde ne faisait pas partie de mon cursus original en enseignement, cette réalité dans laquelle je me suis retrouvée à enseigner a rapidement fait naître en moi un réel désir de développement professionnel.

Ayant pivoté quelques fois entre la maternelle 5 ans et la première année, je me suis très vite intéressée aux difficultés auxquelles pouvaient être confrontés ces apprenants, principalement en compréhension de lecture. L’apprentissage d’une langue chez les tout-petits, spécialement chez ceux qui apprennent à lire dans une autre langue avant leur langue maternelle, et mon amour du développement professionnel m’ont donc poussée à me lancer, en 2014, dans une maîtrise en didactique des langues secondes. En rencontrant Andréanne Gagné Ph.D, ma directrice de mémoire et membre de l’Équipe de recherche Qualité des contextes éducatifs de la petite enfance, les causes éventuelles de difficultés en compréhension de lecture se sont précisées. Est-ce par manque de vocabulaire dans la langue d’instruction ou à cause d’une conscience phonologique déficitaire que les apprenants de première année en immersion des milieux vulnérables n’atteignent pas de résultats comparables à leurs pairs? Grâce aux résultats de cette étude : Impact d’une intervention en vocabulaire ou en conscience phonologique sur la compréhension de lecture des apprenants de première année en immersion en milieu vulnérable (2019), il m’est beaucoup plus facile maintenant de comprendre les difficultés de la population avec laquelle je travaille directement et de proposer des pistes d’intervention concrètes aussi tôt qu’à la maternelle 4 et 5 ans.

En 2017 j’ai fait la connaissance de Helena P. Osana Ph. D de l’Université Concordia qui s’intéresse à la pensée et au raisonnement mathématique des enfants, ainsi qu’aux éléments qui influencent leur apprentissage. La nature de ses travaux a été une révélation pour moi quant à la manière d’aborder « l’art de compter » au préscolaire. Le désir de rendre à ses recherches un côté pratique et accessible en salle de classe s’est tout de suite manifesté. En conséquence, avec sa collaboration ainsi qu’une collègue des services éducatifs, nous travaillons à la mise en oeuvre d’outils, basés sur la recherche, pour cerner et proposer de la remédiation, dès le préscolaire, des difficultés liées à des habiletés mathématiques spécifiques.

Entre autres, grâce à l’expertise que m’ont amenée ces expériences, je suis cette année conseillère pédagogique dédiée aux interventions précoces dès la maternelle 4 ans. Parmi mes projets en cours, je suis heureuse de collaborer avec Une École Montréalaise Pour Tous et de mettre sur pied des communautés de pratiques spécifiques au préscolaire et de proposer des outils d’interventions basés sur la recherche spécifique aux milieux vulnérables montréalais. Dans mon dossier spécifique en soutien aux milieux vulnérables, je m’occupe plus précisément des interventions en numératie précoce et je suis heureuse de continuer à mettre sur pied la trousse d’outils d’intervention pour la maternelle 5 ans.

Bien sûr la situation actuelle de la pandémie dans les écoles apporte beaucoup de changement quant à l’aide que je fournis aux enseignant(e)s en tant que conseillère pédagogique. Parmi mes projets à court terme j’aimerais apporter un plus grand soutien quant à l’apprentissage par le jeu à la maternelle et soutenir l’importance de la littérature jeunesse en classe. Mais surtout, je souhaite contribuer à développer, avec l’arrivée de la maternelle 4 ans dans nos écoles, une communauté préscolaire visant à revaloriser le travail et l’importance de celui-ci.

vbrunet@lbpearson.ca

Octobre 2020