Maude Nadeau
Relations entre les habiletés pragmatiques perçues, manifestées et observées et la qualité des interactions en maternelle 5 ans
Unité : ULaval, Maîtrise en psychopédagogie

Texte de présentation

Présentation de Maude Nadeau, étudiante à la maîtrise en éducation sous la direction de Caroline Bouchard et lauréate du prix Marie-Jacques.

Je me suis jointe à l’Équipe Qualité des contextes éducatifs de la petite enfance en 2012, alors que j’amorçais mon projet de maîtrise sous la direction de Caroline Bouchard. Ce projet de recherche s’inscrivait dans le cadre de l’étude subventionnée Prosocialité et pragmatique des filles et des garçons âgés de 4 et 5 ans en contextes éducatifs (CRSH, 2010-2014).

Interpellée par l’aspect social du langage en contexte éducatif, mon mémoire aborde les relations entre les habiletés pragmatiques des enfants de 5 et 6 ans et la qualité des interactions en maternelle 5 ans. Les habiletés pragmatiques font référence à l’utilisation du langage en contexte social (Blain-Brière, 2015; Dardier, 2004; Laval et Guidetti, 2004; Owens, 2011), par exemple pour entrer en relation avec autrui ou faire des demandes. À la maternelle, les interactions sociales se complexifient, l’enfant expérimente diverses situations qui exigent une interprétation des énoncés et requièrent ses habiletés pragmatiques, d’où l’importance de les soutenir. De plus, il est possible que la qualité des interactions, un aspect qui influence le langage des enfants et un déterminant de la réussite éducative (Sabol, Soliday Hong, Pianta, et Burchinal, 2013), puisse les favoriser. Il est à noter que je me distingue par le fait que mes travaux défendent l’utilisation du langage et son soutien dans un contexte naturel et authentique pour l’enfant, voire écologique, d’où l’idée d’avoir considéré la qualité des interactions en maternelle 5 ans dans mon mémoire. La richesse de ce mémoire a été soulignée en octobre 2018 lorsque j’ai été la lauréate du Prix Marie-Jacques 2018 de l’Association d’éducation préscolaire du Québec (AÉPQ).

Au cours des dernières années, mes expériences ont été des plus variées. Entre 2005 et 2015, j’ai enseigné auprès d’élèves en contexte de minorité francophone, en adaptation scolaire (auprès d’enfants sourds oralistes) ainsi qu’en classes ordinaires. En outre, j’ai agi, pendant quelques années, à titre d’éducatrice dans un centre de la petite enfance. Pendant mes premières années d’enseignement, j’ai poursuivi mes études au deuxième cycle en réalisant un diplôme d’enseignement supérieur spécialisé en adaptation scolaire, profil difficultés d’apprentissage, que j’ai complété en 2010. Mes diverses expériences m’ont menée à m’intéresser plus particulièrement au développement du langage oral, à la littératie ainsi qu’à la qualité des interactions en contexte de classe et m’ont fait réaliser l’importance du soutien au langage oral en contexte signifiant.

Pendant l’année 2017-2018, j’ai pu travailler en étroite collaboration avec plusieurs professeures de l’Université Laval sur le projet intitulé Mise en place d’un dispositif de développement professionnel auprès d’enseignants.es en maternelle 5 ans afin de favoriser le soutien du développement du langage oral et écrit des enfants en situation de jeu symbolique. Cette expérience m’a notamment permis de participer à la collecte de données auprès des enfants ainsi qu’à l’analyse qualitative de l’activité enseignante. À la suite de ce mandat, j’ai eu la chance de me joindre en août 2018 à l’équipe du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ) à titre de conseillère en innovation et en transfert de connaissances et d’être la responsable de l’Instance régionale de concertation de la Capitale-Nationale (IRC-CN). L’objectif de l’instance est de favoriser la persévérance scolaire et la réussite éducative dans toute la région administrative de la Capitale-Nationale. Ses actions s’orientent autour du développement des compétences en littératie (0-8 ans) ainsi que sur les transitions harmonieuses entre la petite enfance et le monde scolaire.

C’est un plaisir de faire partie de l’Équipe Qualité des contextes éducatifs de la petite enfance puisque cela me permettra de cultiver le lien, si important, entre la recherche et les milieux éducatifs.

Unité : ULaval, Maîtrise en psychopédagogie

Domaines d'expertises

Présentation de Maude Nadeau, étudiante à la maîtrise en éducation sous la direction de Caroline Bouchard et lauréate du prix Marie-Jacques.

Je me suis jointe à l’Équipe Qualité des contextes éducatifs de la petite enfance en 2012, alors que j’amorçais mon projet de maîtrise sous la direction de Caroline Bouchard. Ce projet de recherche s’inscrivait dans le cadre de l’étude subventionnée Prosocialité et pragmatique des filles et des garçons âgés de 4 et 5 ans en contextes éducatifs (CRSH, 2010-2014).

Interpellée par l’aspect social du langage en contexte éducatif, mon mémoire aborde les relations entre les habiletés pragmatiques des enfants de 5 et 6 ans et la qualité des interactions en maternelle 5 ans. Les habiletés pragmatiques font référence à l’utilisation du langage en contexte social (Blain-Brière, 2015; Dardier, 2004; Laval et Guidetti, 2004; Owens, 2011), par exemple pour entrer en relation avec autrui ou faire des demandes. À la maternelle, les interactions sociales se complexifient, l’enfant expérimente diverses situations qui exigent une interprétation des énoncés et requièrent ses habiletés pragmatiques, d’où l’importance de les soutenir. De plus, il est possible que la qualité des interactions, un aspect qui influence le langage des enfants et un déterminant de la réussite éducative (Sabol, Soliday Hong, Pianta, et Burchinal, 2013), puisse les favoriser. Il est à noter que je me distingue par le fait que mes travaux défendent l’utilisation du langage et son soutien dans un contexte naturel et authentique pour l’enfant, voire écologique, d’où l’idée d’avoir considéré la qualité des interactions en maternelle 5 ans dans mon mémoire. La richesse de ce mémoire a été soulignée en octobre 2018 lorsque j’ai été la lauréate du Prix Marie-Jacques 2018 de l’Association d’éducation préscolaire du Québec (AÉPQ).

Au cours des dernières années, mes expériences ont été des plus variées. Entre 2005 et 2015, j’ai enseigné auprès d’élèves en contexte de minorité francophone, en adaptation scolaire (auprès d’enfants sourds oralistes) ainsi qu’en classes ordinaires. En outre, j’ai agi, pendant quelques années, à titre d’éducatrice dans un centre de la petite enfance. Pendant mes premières années d’enseignement, j’ai poursuivi mes études au deuxième cycle en réalisant un diplôme d’enseignement supérieur spécialisé en adaptation scolaire, profil difficultés d’apprentissage, que j’ai complété en 2010. Mes diverses expériences m’ont menée à m’intéresser plus particulièrement au développement du langage oral, à la littératie ainsi qu’à la qualité des interactions en contexte de classe et m’ont fait réaliser l’importance du soutien au langage oral en contexte signifiant.

Pendant l’année 2017-2018, j’ai pu travailler en étroite collaboration avec plusieurs professeures de l’Université Laval sur le projet intitulé Mise en place d’un dispositif de développement professionnel auprès d’enseignants.es en maternelle 5 ans afin de favoriser le soutien du développement du langage oral et écrit des enfants en situation de jeu symbolique. Cette expérience m’a notamment permis de participer à la collecte de données auprès des enfants ainsi qu’à l’analyse qualitative de l’activité enseignante. À la suite de ce mandat, j’ai eu la chance de me joindre en août 2018 à l’équipe du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ) à titre de conseillère en innovation et en transfert de connaissances et d’être la responsable de l’Instance régionale de concertation de la Capitale-Nationale (IRC-CN). L’objectif de l’instance est de favoriser la persévérance scolaire et la réussite éducative dans toute la région administrative de la Capitale-Nationale. Ses actions s’orientent autour du développement des compétences en littératie (0-8 ans) ainsi que sur les transitions harmonieuses entre la petite enfance et le monde scolaire.

C’est un plaisir de faire partie de l’Équipe Qualité des contextes éducatifs de la petite enfance puisque cela me permettra de cultiver le lien, si important, entre la recherche et les milieux éducatifs.