Bannière Faculté des sciences de l'éducation Qualité éducative

Présentation de Julie Pinel, étudiante à la maîtrise sous la direction de Lise Lemay et Nathalie Bigras.

Julie Pinel Credit F Beauregard0216 12 2

Photographe : F Beauregard, 2016

 

Mon parcours universitaire a débuté en 2011 par mon inscription au certificat en éducation à la petite enfance (formation initiale). Après avoir fait l’expérience du monde du travail depuis de nombreuses années dans divers domaines et récemment de retour comme responsable d’un service éducatif en milieu familial, je souhaitais parfaire mes connaissances dans le but d’offrir aux enfants et parents fréquentant mon milieu, une meilleure qualité de service. Les connaissances acquises dans ce premier certificat m’ont permis de transformer la vision que j’avais de ma pratique au quotidien et m’a donné envie d’en apprendre davantage. J’ai donc poursuivi mon parcours universitaire avec un deuxième certificat en soutien pédagogique à l’Université du Québec à Trois-Rivières et finalement un troisième certificat en sciences sociales à l’UQÀM où je me suis intéressée aux études féministes.

 

Cette fin de parcours m’a amené à prendre conscience des iniquités toujours présentes dans la société et cela a soulevé, chez moi, de nombreux questionnements sur le rôle des services éducatifs à la petite enfance dans la socialisation genrée des enfants. Est-ce que le personnel éducateur joue un rôle dans cette socialisation? Peut-on intervenir pour offrir aux enfants des chances égales de réussite selon leur genre? C’est sur la base de ces questionnements que je me suis inscrite à la maîtrise en éducation profil didactique en 2017 sous la direction de Lise Lemay, et plus récemment avec Nathalie Bigras comme codirection. Les lectures m’ont permis de préciser mon projet de recherche m’amenant à m’intéresser à l’influence de la présence de stéréotypes genrés sur la qualité des services éducatifs à la petite enfance.

 

En parallèle à mes études, je me suis activement impliquée au niveau syndical à la valorisation de la profession d’éducatrice, autant en milieu familial qu’en centre de la petite enfance, à la formation continue offerte aux responsables en milieu familial, ainsi qu’aux conditions d’exercice de la profession, enjeu qui contribue à la qualité des services offerts aux enfants. J’ai toujours eu la conviction que nous devions défendre et porter le principe d’égalité des chances au sein de notre pratique et que nous devions tout mettre en œuvre pour offrir à chaque enfant une chance égale de réussite. Ainsi, mon implication s’est aussi tournée vers la condition féminine qui occupe, à l’heure actuelle, l’ensemble de mon temps.

 

 

Juin 2019