Bannière Faculté des sciences de l'éducation Qualité éducative

Présentation de Marie-Hélène Marquis, lauréate d’une bourse à la mobilité internationale

 

MHMEnthousiaste, passionnée par l’Être humain, l'enseignement et les défis de toutes sortes, Marie-Hélène Marquis est étudiante au programme de doctorat en éducation de l’Université de Moncton, au Nouveau-Brunswick. Son parcours académique et professionnel, bien qu’éclectique, l’a mené, non sans détour, vers la recherche en éducation à la petite enfance en milieu francophone minoritaire.


Originaire du Bas-du-Fleuve, elle entreprit ses études à Rimouski, Québec. Diplômée du programme collégial d’Arts, Lettres et Langues en 2002, elle poursuivit ses études universitaires de premier et de deuxième cycle à l’Université du Québec à Rimouski. Au terme d’un baccalauréat Ès Arts en histoire, pratiques et interventions culturelles (2005), elle compléta sa formation en enseignement secondaire de l’univers social (2008). Il s’en suivit une maîtrise en adaptation scolaire et sociale (2012), au cours de laquelle elle se perfectionna en gestion des troubles du comportement et en enseignement de la lecture aux enfants éprouvant des difficultés d’adaptation et/ou d’apprentissage, lors d’un semestre d’études à Macquarie University, Sydney, Australie (2011).


Entre 2008 et 2013, en plus de son implication dans divers projets de recherche portant sur l’utilisation des TIC en salle de classe au secondaire (sous l’égide du professeur Bastien Sasseville de l’UQAR) et la qualité des interactions entre tuteurs et apprenants en formation à distance (chapeauté par le groupe interinstitutionnel de recherche en formation à distance (GIREFAD)), Mlle Marquis enseigna les sciences sociales à divers niveaux du secteur jeune. Elle fut également titulaire d'une classe primaire à multiniveaux en région éloignée (Gaspésie), puis enseignante de français langue seconde à des adolescents australiens, ainsi qu’à des jeunes adultes du regretté programme canadien Katimavik.


Assoiffée de compréhension du monde, de l’Homme et de ses cultures, ce n’est qu’à la naissance de son premier enfant, en 2013, qu’elle se découvre un fort intérêt pour le développement du jeune enfant et l’éducation à la petite enfance. Depuis, son enthousiasme pour ce champ de recherche ne cesse de croître...


En 2016 et 2017, elle a été coordonnatrice d’un groupe-jeux communautaire en milieu rural pour le Centre de Ressources familiales à la petite enfance de Westmorland-Albert inc., dans la région du Grand Moncton au Nouveau-Brunswick. Par la suite, elle fit de l’assistanat pour le Projet petite enfance de l’Université de Moncton. Son doctorat débuté à l’automne 2017, elle a donné naissance à son troisième enfant au printemps 2018.


Au même moment, elle s’est vue octroyer, pour ses études doctorales, la prestigieuse bourse Joseph-Armand Bombardier du grand conseil canadien de recherche en sciences humaines. Elle s’intéresse plus précisément à l’accueil et l’accompagnement des parents lors de la transition des nourrissons de leur foyer familial vers les services de garde éducatifs.


Elle est aujourd’hui membre de l’équipe de recherche Qualité des contextes éducatifs de la petite enfance, du regroupement pour l’étude de l’éducation francophone en milieu minoritaire (RÉÉFMM), ainsi que du Comité consultatif des Centres d'excellence en éducation préscolaire du Nouveau-Brunswick (MEDPE, CCNB, UM).

 

Mai 2019