Amélie Desmeules

IMG 1124

 

C’est avec un immense plaisir que je me présente pour la première fois à l’Équipe ! Je suis étudiante au doctorat en psychopédagogie à l’Université Laval et membre de l’Équipe depuis septembre 2016. Je suis dirigée par Christine Hamel et codirigée par Caroline Bouchard. Je suis également chargée d’enseignement en formation pratique et responsable du deuxième stage à l’enseignement dans le programme de baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement au primaire à l’Université Laval.

 

Dans le cadre de mes recherches doctorales, je m’intéresse à la formation continue des enseignants et enseignantes débutant à l’éducation préscolaire, soit lors de leur entrée en carrière. Ayant complété mon mémoire de maitrise sur le sujet de l’insertion professionnelle des enseignants et enseignantes novices au Québec, j’ai pu constater que leur décrochage entraine de sérieuses répercussions dans le système de l’éducation, notamment sur la réussite scolaire des élèves (Hattie, 2009 ; OCDE, 2005). Or, les mesures de soutien offertes dans les milieux scolaires, dans leur format actuel, ne semblent pas être en mesure d’amener les novices à persévérer dans leur carrière (Desmeules, Hamel & Frenette, 2017). À cet effet, les mesures de soutien devraient miser davantage sur leur développement professionnel et leur formation continue. De plus, certaines mesures devraient viser plus spécifiquement les enseignants et enseignantes s’insérant professionnellement à l’éducation préscolaire, car ils et elles vivent un manque de préparation en raison de la prise en compte insuffisante de la réalité du préscolaire dans leur formation initiale (APEQ, 2004 ; CSÉ, 2012). Je désire donc étudier une mesure de soutien à l’insertion professionnelle à l’éducation préscolaire dans le cadre de mes études doctorales. Concrètement, je compte mettre en place un dispositif de formation visant à soutenir et à accompagner les enseignants et enseignantes débutant à l’éducation préscolaire dans leur développement professionnel afin qu’ils et elles persévèrent dans leur profession et améliorent leur pratique. De plus, afin d’évaluer ce dispositif, je mesurerai ses effets sur la qualité des pratiques enseignantes et la qualité des interactions en classe, et ce, dans l’optique de favoriser ultimement la réussite éducative des enfants.

 

Par ailleurs, je me suis impliquée en tant qu’auxiliaire de recherche dans deux projets financés par le programme Actions concertées du FRQSC et, entre autres, le projet de recherche ÉCRIT mené principalement par Marie-Catherine St-Pierre (professeure à l’Université Laval). Issu d’une collaboration entre les milieux de l’éducation et de l’orthophonie, ce projet m’a amenée à accompagner des enseignants et enseignantes d’expérience du primaire qui provenaient de différentes commissions scolaires à travers le Québec, et ce, dans une démarche de développement professionnel couplée à de l’analyse vidéo à l’intérieur d’une communauté de pratique en ligne portant sur les pratiques en soutien aux habiletés inférentielles. J’ai d’ailleurs animé et coordonné cette communauté de pratique pendant trois ans et je poursuis ma collaboration dans une logique de transfert afin d’assurer la pérennité du modèle développé dans l’École en réseau.

 

De même, l’an dernier, j’ai également accompagné des enseignants et enseignantes d’expérience du préscolaire dans le cadre d’un autre projet de recherche, soit le projet mené par Caroline Bouchard intitulé Dispositif de développement professionnel auprès d’enseignants.es en maternelle 5 ans afin de favoriser le soutien du développement du langage oral et écrit des enfants en situation de jeu symbolique. Grâce à des formations, des périodes d’observation et des entrevues, j’ai pu soutenir les participants et participantes du projet dans l’explicitation de leurs pratiques quant au développement du langage oral et de l’émergence de l’écrit en situation de jeu symbolique. J’assurais aussi la coordination de l’équipe de recherche en faisant le suivi des différentes tâches de chaque membre.

 

Finalement, j’ai développé des relations pérennes de collaboration à l’international avec l’équipe de recherche CRAFT (conception-recherche-activité-formation-travail), qui s’intéresse à l’analyse de l’activité et à la formation dans le contexte du travail, et ce, lors d’un stage doctoral réalisé au sein de l’équipe à l’Université de Genève au printemps dernier.

 

En somme, par mes recherches et mon travail, je souhaite réellement collaborer et participer au déploiement de la mission et à l’atteinte des objectifs de l’Équipe et poursuivre le travail déjà amorcé en ce sens. Au plaisir !

 

Décembre 2017