Tania Tremblay

Je suis neuropsychologue de formation et enseignante au Département de psychologie au Collège Montmorency. C'est après des études doctorales et postdoctorales que j'ai décidé de me tourner vers l'enseignement, mais malgré tout le plaisir que j'ai à enseigner, la recherche demeure une activité quime passionne. Mon expérience d’enseignement a été décisive sur deux points. L’intérêt que je porte au développement de l’enfant est désormais clair et solide. J’ai enseigné aux étudiants en techniques d’éducation à l'enfance et en soins infirmiers, et il m’apparait fondamental que ces futurs professionnels aient accès aux connaissances récentes. J’ai toujours été convaincue que pour ce faire, un rapprochement avec la recherche s’avère nécessaire. C’est dans cette optique que s’inscrit ma collaboration avec l’Équipe de recherche Qualité des contextes éducatifs de la petite enfance.

 

 

Mon projet s’intéresse au problème de l’exposition précoce et de plus en plus prolongée des enfants aux écrans. Or, regarder la télévision ou jouer à des jeux vidéo sont des activités sédentaires. Et qui dit activités sédentaires, dit risques plus élevés de surpoids ou d’obésité. On le sait. Ce qui est en revanche moins connu concerne les effets sur le développement cognitif des enfants. La surexposition aux écrans à l’âge préscolaire nuit-elle au développement de la mémoire et du langage? Et si le lien entre les écrans et le développement cognitif était plus complexe? Est-il possible qu’il dépende également des attitudes et comportements des parents face à l’enfant (p.ex. : interactions empreintes d’ouverture ou d’hostilité), et plus spécifiquement face aux livres?, Ces différentes questions seront abordées et éclaircies dans ce projet. Les résultats pourront ainsi contribuer à guider les recommandations que formulent les instances canadiennes de santé publique quant à la quantité d’heures « idéales » qu’un jeune cerveau pourrait passer devant un écran, c’est-à-dire sans que le développement cognitif de l’enfant soit compromis. Ils fourniront en outre des informations pertinentes pour tous les éducateurs, professionnels de la santé et tous les parents qui s'interrogent sur les saines habitudes à adopter face à l’utilisation des écrans. 

 

 

Février 2017