Bannière Faculté des sciences de l'éducation Qualité éducative

Mélissa Di Sante, Université Laval

Photo Melissa Di Sante

C’est avec grand plaisir et enthousiasme que je me présente en tant que nouvelle étudiante au sein de l’équipe de recherche «Qualité des contextes éducatifs de la petite enfance». Je joins l’équipe dans le cadre de mon doctorat en médecine expérimentale que je mène depuis l’automne 2015 à l’Université Laval, sous la supervision des professeures Audette Sylvestre et Caroline Bouchard.

 

Je suis détentrice d’un baccalauréat et d’une maitrise en orthophonie (2013), complétés à l’Université de Montréal. Après l’obtention de mon diplôme de maitrise, j’ai voulu partager mon temps entre la pratique clinique et la recherche, puisque j’aspirais dès lors à poursuivre une carrière ultérieure en recherche dans le domaine de l’orthophonie. J’ai ainsi travaillé pendant deux années auprès d’enfants d’âge préscolaire présentant des troubles du langage, de la parole et de la communication dans le réseau de la santé et celui de l’éducation. J’ai également eu la chance de travailler comme auxiliaire et coordinatrice de recherche au sein de projets menés par des chercheurs influents en orthophonie. En parallèle, j’ai profité de cette riche combinaison d’expériences de travail cliniques et de recherche pour fonder le blogue «Tout cuit dans le bec : vulgarisation et diffusion scientifique en orthophonie», en collaboration avec une collègue orthophoniste. Ce projet s’est mérité le prix Innovation-Desjardins de l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec en 2015 et a pour mandat de soutenir les orthophonistes francophones dans l’intégration des données scientifiques les plus récentes à leur pratique clinique.

 

Suite à ces brèves expériences sur le marché du travail, j’ai choisi d’effectuer un retour aux études à temps plein en entamant un doctorat à la Faculté de médecine de l’Université Laval. Ma thèse porte sur le développement langagier d’enfants d’âge préscolaire exposés à la négligence parentale. Je m’intéresse plus spécifiquement à l’influence des interactions entre parent et enfant sur le développement de la composante pragmatique du langage chez les enfants négligés. Je suis certaine que l’expertise de l’équipe en lien avec les enjeux sociaux entourant la petite enfance sera fortement mise à profit dans le cadre de mon doctorat.

 

Septembre 2016

 

 

Présentation de Mélissa Di Sante, lauréate de la bourse de publication (automne 2019)

mélissa

C’est avec grand plaisir et enthousiasme que je me présente en tant que membre étudiante de l’équipe de recherche Qualité des contextes éducatifs de la petite enfance. J’ai joint l’équipe dans le cadre de ma thèse doctorale au programme de médecine expérimentale de l’Université Laval, que je mène depuis l’automne 2015 sous la supervision des professeures Audette Sylvestre et Caroline Bouchard, et que je compléterai à l’hiver 2020.

Je suis détentrice d’un baccalauréat et d’une maîtrise en orthophonie (2013, Université de Montréal). Suite à l’obtention de mon diplôme de maîtrise, j’ai travaillé pendant deux années auprès d’enfants d’âge préscolaire présentant des troubles du langage, de la parole et de la communication dans les réseaux de la santé et de l’éducation à Montréal. J’aspirais dès lors à poursuivre un cheminement en recherche, j’ai donc cherché dès lors à partager mon temps entre la pratique clinique et la recherche, en travaillant comme auxiliaire et coordinatrice de recherche au sein de projets menés par des chercheurs dans différentes disciplines des sciences sociales. En parallèle, j’ai profité de cette riche combinaison d’expériences de travail cliniques et de recherche pour fonder le blogue « Tout cuit dans le bec : vulgarisation et diffusion scientifique en orthophonie » , en collaboration avec une collègue orthophoniste. Ce blogue a pour mandat de soutenir les orthophonistes francophones dans l’intégration des données scientifiques les plus récentes à leur pratique clinique.

Suite à ces brèves expériences sur le marché du travail, j’ai choisi d’effectuer un retour aux études à temps plein en entamant un doctorat à la Faculté de médecine de l’Université Laval. Ma thèse porte sur le développement langagier d’enfants exposés à la négligence parentale, la forme la plus fréquente de maltraitance envers les jeunes enfants. Au sein de cette thématique, je m’intéresse plus spécifiquement à l’influence des comportements parentaux sur le développement de la composante pragmatique du langage chez les enfants négligés âgés de 42 mois spécifiquement. Parallèlement à mes activités de recherche au doctorat, j’ai la chance d’enseigner différents cours de 1er et de 2e cycle sur le développement de l’enfant et sur l’intervention auprès d’enfants présentant des troubles développementaux du langage.


Mon parcours doctoral tire prochainement à sa fin, et c’est avec beaucoup de nostalgie que je quitterai l’équipe Qualité des contextes éducatifs de la petite enfance, qui a été source de discussions et d’échanges forts intéressants, en plus d’occasions nombreuses de soutien financier et de diffusion de mes travaux de recherche dans les dernières années. Un grand merci à l’Équipe!

Vous pouvez en apprendre davantage sur mon projet de thèse en visionnant l’émission « Refrains d’enfance » des éditions 2018-2019 du concours de vulgarisation scientifique Cogito de l’Université Laval.


Janvier 2020