Bannière Faculté des sciences de l'éducation Qualité éducative

Pleins feux sur une publication d’intérêt

Il est toujours intéressant d’examiner ce qui se passe ailleurs dans le monde dans le domaine de l’éducation à la petite enfance. Ce mois-ci, nous vous présentons un article écrit par un chercheur de l’Université Firat, à Elaziğ, en Turquie.

Référence : Varol, F. (2013). What they believe and what they do. European Early Childhood Education Research Journal, 21(4), 541-552. doi: 10.1080/1350293x.2012.677309

Cette étude visait à étudier les croyances des enseignantes de maternelle turques au sujet de l'enseignement et de l'apprentissage et de leurs pratiques actuelles. À cette fin, des entrevues furent menées et des observations réalisées dans 28 classes de 6 écoles publiques de Turquie.

Les entretiens semi-dirigés individuels d’une durée moyenne de 10 à 20 minutes étaient enregistrés. Les enseignantes devaient répondre aux six questions suivantes : Aimez-vous être enseignante? Pourquoi avez-vous choisi ce métier? Selon vous, qu’est-ce qui rend ce métier attrayant? Quelle est la définition d’une « bonne enseignante »? Quels sont les facteurs qui influent sur l’enseignement? Comment pensez-vous que les enfants apprennent?

Ensuite, la classe de chaque participante a été visitée une seule fois durant 4 heures et observée à l’aide de l’outil Narrative Record développé par Farran (2003). Cet outil, divisé en quatre sections (temps, description, type d’activité, et contenu), permet à l’observateur de décrire de ce qui se déroule dans la classe.

Les résultats des entretiens ont montré que les enseignantes ne considéraient pas le rôle essentiel que jouent la manipulation du matériel, les pairs, les collègues, les programmes d'éducation et les programmes de développement professionnel sur l’apprentissage des jeunes enfants. Les résultats des observations ont montré que les enfants passaient presque un tiers de leur temps à attendre en rangs, se déplaçant pour passer d'une activité à l'autre, etc. De plus, peu de temps était consacré aux mathématiques, aux sciences ainsi qu’aux sciences sociales.

À la lumière de cette étude, d’autres recherches devront être menées pour examiner de plus près les programmes de formation et les programmes de développement professionnel des enseignantes du préscolaire afin d’améliorer la qualité de l’éducation offerte aux jeunes enfants en Turquie. Ce n’est que récemment que  les chercheurs turcs ont commencé à s’intéresser à l’éducation à la petite enfance, alors le nombre d’études dans ce domaine est encore limité.

Cliquez ici pour lire l'article.