Bannière Faculté des sciences de l'éducation Qualité éducative

Résumé d’un article abordant l’évaluation de la qualité des contextes éducatifs de la petite enfance.

Burchinal, M. (2018). Measuring Early Care and Education Quality. Child Development Perspectives, 12(1), 3-9.

 

Les programmes d’éducation à la petite enfance dits de qualité sont réputés améliorer les chances de réussite de tous les enfants à l’école, mais des résultats récents obtenus dans la revue des écrits de Burchinal remettent en question le fait que ces programmes affectent réellement les enfants. L’argumentaire repose sur les résultats modestes obtenus par les études recensées qui établissent des liens entre la qualité des services à la petite enfance et certains problèmes psychométriques des mesures utilisées pour mesurer la qualité de même qu’à la nécessité de réviser et d’élargir les mesures de cette qualité. Les données probantes indiquent que l’on doit se concentrer sur le contenu des pratiques d’éducation, ainsi que sur les situations dans lesquelles les éducateurs élaborent activement des possibilités d’apprentissage. Selon Burchinal, il est impératif de continuer à mettre l’accent sur la qualité des interactions entre les éducateurs et les enfants et sur l’accès des enfants à des activités adaptées à leur niveau de développement.

 

L’auteure rejette l’assertion voulant que les mesures d’évaluation de la qualité soient uniquement réparties entre celles qui mesurent la qualité des processus (par exemple, le Classroom Assessment Scoring System, CLASS) et qui relèvent la qualité des interactions entre l’éducateur et les enfants, mais sans qualifier ces interactions et en celles qui mesurent la qualité structurelle (donc l’environnement) qui est pourtant perçue comme un fort gage de qualité. Elle présente aussi des résultats qui révèlent que certains curriculums et programmes auraient une incidence plus forte que des mesures liées à la qualité des processus et de la qualité structurelle, alors qu’elles sont pourtant largement utilisées. Bien que ces mesures participent à l’évaluation de la qualité des services offerts à l’enfance, des mesures plus individualisées qui respectent l’unicité de chacun des enfants sont à prioriser. En outre, elle suggère que les indicateurs des instruments de mesure soient plus détaillés et exemplifiés afin d’outiller les éducateurs qui ont à observer et à planifier des activités pour les enfants. Enfin, et idéalement, les modèles de mesure de la qualité devraient être étendus pour inclure des programmes d’études fondés sur des données probantes et sur la formation continue qui promeuvent de riches conversations et des activités pratiques visant à promouvoir le développement singulier des compétences des jeunes enfants. Pour faire suite à cet article, vous pouvez aussi lire le plus récent de Nathalie Bigras, Julie Lemire et Joell Eryasa, dans le Dossier des sciences de l’éducation (37, 35-54).