Bannière Faculté des sciences de l'éducation Qualité éducative

Evidence- Based Practices: Providing Guidance for Early Childhood Practitioners

Farley, K. S., Brock, M. E. et Winterbottom, C. (2018). Evidence- Based Practices: Providing Guidance for Early Childhood Practitioners, Journal of Research in Childhood Education, 32(1), 1-13.

 

L'éducation à la petite enfance est aujourd’hui essentielle pour améliorer les trajectoires de développement des jeunes enfants, et il est scientifiquement prouvé que les pratiques fondées sur des preuves (en anglais evidence based practices, PFP) peuvent accroitre ces résultats. De nombreuses recherches montrent qu’un enseignement de haute qualité dans les programmes de la petite enfance (c.-à-d. des programmes destinés aux enfants de la naissance jusqu’à l’âge de cinq ans) peut se traduire par de meilleurs résultats plus tard à l’école. Les chercheurs conviennent que la qualité des programmes d’éducation à la petite enfance est liée à la mise en œuvre de pratiques fondées sur des données probantes. Ces dernières sont définies comme des pratiques pédagogiques qui visent le développement des enfants grâce à une recherche rigoureuse. Aux États-Unis, une loi fédérale oblige les praticiens de la petite enfance à mettre en œuvre des PFP. Cependant, comme les PFP ne sont pas encore clairement définies pour l’éducation à la petite enfance et qu’elles sont parfois confondues avec une approche connexe, mais distincte, soit les pratiques de développement appropriées (PDA), de nombreux éducateurs de la petite enfance tentent encore d’identifier les pratiques qui reposent sur des preuves.

Pourtant, pour d’autres domaines de l’éducation, les organisations professionnelles fournissent des directives explicites pour l’identification des PFP. Ici, les auteurs examinent les lignes directrices des organisations professionnelles et gouvernementales et fournissent des suggestions sur les moyens à prendre pour que le domaine de l’éducation à la petite enfance puisse développer les siennes. Plus précisément, les auteurs appellent les chercheurs, les experts de contenu et les praticiens à élaborer collectivement des critères d’identification et d’évaluation des PFP et des PDA, puis à diffuser largement ces critères par des sites Web, des rapports et des conférences.

Or, en l’absence de consensus et de directives explicites, il est injuste et déraisonnable de demander aux praticiens de la petite enfance d’identifier et de sélectionner seuls les PFP. Ainsi, les praticiens de la petite enfance ne peuvent déterminer sans les chercheurs les pratiques considérées comme des PFP. Compte tenu de l’accroissement de l’importance de la reddition de compte dans le paysage de l’éducation à la petite enfance, il importe plus que jamais que les chercheurs, praticiens et autres experts parviennent à définir clairement les PFP afin de soutenir le développement de tous les enfants.