APPEL À PROPOSITIONS D’ARTICLES

La Revue internationale de l’éducation familiale

APPEL À PROPOSITIONS D’ARTICLES

Milieu familial et services éducatifs préscolaires : des liens à bâtir!

Dossier coordonné par: Sylvain Coutu : sylvain.coutu@uqo.ca Université du Québec en Outaouais

et Gilles Cantin : cantin.gilles@uqam.ca Université du Québec à Montréal 

 

Les parents sont de plus en plus nombreux à recourir à divers types de services éducatifs pour  leurs  jeunes enfants. Ces parents confient leurs enfants à des milieux d’accueil (crèches, services de garde à l’enfance)  pendant  qu'ils exercent leur  travail alors que, dans  d'autres  familles, les  enfants  fréquentent  des  classes  de  maternelle  faisant  partie  du  système  d’éducation  préscolaire.  De  plus,  diverses  ressources  sont  offertes  à  la  fois  aux  parents  et  aux  enfants  comme les lieux d’accueil enfant -parent et les services communautaires de soutien aux familles.  De sorte qu’au quotidien, les parents de nombreux  jeunes enfants côtoient, échangent avec des  professionnel.le.s  œuvrant  dans  ces  services  éducatifs.  Ils  sont  appelés  à  partager  la  responsabilité d’assurer le bien -être et l’éducation des  jeunes enfants. Si les études sont plutôt  nombreuses  à  documenter  les  caractéristiques  propres  à  ces  divers milieux  de  vie  fréquentés  par l’enfant (microsystème), peu se sont centrées sur une analyse des liens plus étroits existant  entre ces environnement (mésosystème).  De ce fait, il y a lieu de se questionner sur les points  de  convergence  et  de  divergence  qui  caractérisent  les  représentations  et  les  approches  éducatives adoptées par  tous les adultes éducateurs qui font partie de l’entourage des  jeunes  enfants. En effet, même si les parents demeurent les principaux « agents de socialisation », les  éducateurs et éducatrices, les enseignant.e.s et les intervenant.e.s en petite enfance sont aussi  des  acteurs -clés  de  la  vie  des  tout-petits  susceptibles  de   jouer  un  rôle  déterminant  dans  leur  développement.  Ce  partage  des  responsabilités  éducatives  soulève  de  nombreuses  questions  quant  à  la  complémentarité  des  rôles  de  chacun  ainsi  que  sur  les  conditions  requises  pour  établir un dialogue constructif et des rapports réciproques entre tous les acteurs concernés. Au  cours  des  dernières  années,  plusieurs  travaux  de  recherche  ont  été  menés  sur  les représentations éducatives, sur le savoir des professionnel.le.s de la petite enfance en lien avec  la parentalité ainsi que sur les moyens à mettre en œuvre pour favoriser un rapprochement et  un partenariat entre les parents et les intervenants.es dans les différents dispositifs d’accueil ou  d’éducation  préscolaire  (Brougère,  2010;  Cantin et  Lemire,  2010; Francis,  2013;  Larivée,  2016;  Owen, Ware  et  Barefoot,  2000;  Rayna  et  Brougère,  2002).  Les  conclusions  de  certains  de  ces  travaux  ont  grandement  contribué  à  faire  reconnaitre  le  partenariat  et  la  réciprocité  des  rapports parent -intervenant comme critère indissociable de la qualité des milieux d’accueil ou  d’éducation  préscolaire  (OCDE,  2006).  Soucieux  d’assurer  le  bien -être  des  tout-petits,  les  gouvernements  et  les   décideurs   publics  ont  aussi  été   nombreux  à  intégrer   dans  leur   politique   éducative  et   les   programmes  de   la   petite  enfance   des   recommandations   quant  aux  moyens  à   prendre   pour   favoriser   une   collaboration   et   une   communication   efficaces   entre   le   personnel   éducatif  et  les  parents  (Ministère  de  la  Famille  du  Québec,  2007;  OCDE,  2006).       Or,  malgré  les  progrès  enregistrés  sur  les  plans  des  savoirs,  des  pratiques  et  des  politiques,  force   est   de   constater   que   les   questions   relatives   à   la   définition   des   rôles   (spécifiques   et   complémentaires)  des  parents  et  des  intervenants.es  en  petite  enfance  demeurent  nombreuses. Cela   est   particulièrement   vrai   en   ce   qui   concerne la   comparaison   des   réalités   éducatives   familiales  et  extra-familiales.  De   façon  plus  précise,  il  apparait  opportun  de  mieux  documenter   en   quoi   les   parents   et   le   personnel   éducatif   se   ressemblent   dans   leurs   valeurs,   attitudes   et   pratiques   éducatives   ?   En   quoi   leur   rapport   à   l’enfant   est-il   différent   ?   Quels   défis   éducatifs   partagent-ils  et  quels  sont  ceux  qui  appartiennent  à  chacun  ?  Dans  la  même  veine,  on  constate   que   la   relation   qui   s’établit   entre   les   parents   et   les   professionnel.le.s issu.e.s   des   milieux   d’accueil   ou   d’éducation   préscolaire demeure  encore  aujourd’hui  largement  méconnue.  Quels   sont   les   facteurs   qui   déterminent   la   qualité   de   cette   relation   ?   Quels   sont   les   moyens   à   la   disposition  des  adultes  pour  favoriser  l’établissement  d’un  partenariat  positif  et  bénéfique  pour   les  jeunes  enfants  ?  Famille  et  milieux  d’accueil  ou  d’éducation  préscolaire  sont-ils  de  milieux  de   vie   cloisonnés   ayant   un   fonctionnement   indépendant   ou,   au   contraire,   sont-ils   ouverts   aux   influences   réciproques  et  à  la  collaboration  ?  Comment  chaque  milieu  de  vie  arrive-t-il  à   tenir   compte   des   caractéristiques   particulières,   des   valeurs   éducatives,   des   préoccupations   et   des   besoins  propres  à  chacun  ?  Quelles  formes  d’entraide  peut-il  exister  entre  les  adultes  qui  ont  à   cœur   d’offrir   un   accompagnement   de   qualité   aux   jeunes   enfants,   notamment   ceux   issus   des   milieux  précarisés  ou  ayant  des  besoins  particuliers  ? Cet   appel   à   contributions   s’adresse   aux   chercheur.e.s   en   sciences   humaines   ayant   réalisé   des   travaux   susceptibles   d’apporter   un   éclairage   sur   les   questions   touchant   à   la   relation   entre   la   famille  et  les  autres  milieux  de  vie  de  la  petite  enfance.  Il  s’adresse  aussi  aux  professionnel.le.s   et  aux   spécialistes   de  l’éducation   préscolaire   qui,   de   par  leurs  expériences  et  leurs  expertises, sont  en  mesure  de  contribuer  à  la  réflexion  sur  les  moyens  à  mettre  en  œuvre  pour  soutenir  les   parents   et   les   professionnel.le.s   dans   leur   mission   éducative.      Les   auteurs.es   sont   invité.e.s   à   consulter  la  revue  et  la  note  aux  auteur.e.s  pour  une  prise  en  compte  des  normes  attendues.

 

Procédure et calendrier  :

Les auteur.e.s doivent d’abord  faire  parvenir avant le  31 mai 2017 un  titre  provisoire  et  un  résumé d’une page  maximum  de  l’article  projeté  par  courrier  électronique  à  l’adresse   sylvain.coutu@uqo.ca.

Un  retour  des  propositions  sera  fait  aux  auteur.e.s  courant   juin  2017.

Les  manuscrits  devront  parvenir  en  septembre  2017. Les auteur.e.s sont prié.e.s de se     conformer     aux     règles     d’éditions     de     la     revue consultable sur le site Internet de la revue. Tous  les  manuscrits  seront  acceptés  ou  refusés  sur  la  recommandation  du  comité  de   rédaction  et  des  responsables  de  ce  numéro  spécial  de  la  revue,  après  avoir  été  évalués   « enaveugle  »  par  deux  lecteurs  ou  lectrices  externes  ou  plus. Retour  des  textes  après  révisions  et  mise  en  page  à  la  feuille  de  style  de  la  RIEF  :  novembre 2017.