Bannière Faculté des sciences de l'éducation Qualité éducative

The transition to kindergarten for typically developing children : a survey of school psychologists’ involvement

McIntyre, L., Eckert, T., Arbolino, L., DiGennaro Reed, F. et Fiese, B. (2014). The transition to kindergarten for typically developing children : a survey of school psychologists’ involvement. Early Childhood Education Journal, 42(3), 203-210. doi : 10.1007/s10643-013-0593-6

 

Les recherches montrent que plusieurs enfants réussissent difficilement leur passage des services de garde vers la maternelle. Pour pallier à ce problème, certaines écoles mettent en place différentes activités de transition. Cette recherche explore les pratiques des psychologues scolaires aux États-Unis dans leur implication à l’égard des activités de transition vers la maternelle. Précisément, les objectifs sont de connaître les activités de transition vers la maternelle mises en place dans l’école, de connaître la perception des psychologues scolaires sur leur implication dans ces activités et de dégager les obstacles qui nuisent à leur implication. Au total, 500 psychologues scolaires membres de la National Association of School Psychologists (NASP) ont été sélectionnés pour participer à cette recherche. Un questionnaire leur a été envoyé par la poste et 37 % y ont répondu. Ce questionnaire comportait trois parties : les caractéristiques démographiques des participants et des écoles, les expériences personnelles et professionnelles à l’égard des activités de transition entre les services de garde et la maternelle, dont les activités mises en place dans leur école, la formation du personnel par les psychologues et les obstacles qu’ils perçoivent pour s’engager dans des activités de transition, et enfin leur désir de s’impliquer dans 16 différentes activités de transition. Les résultats montrent que plusieurs activités de transition sont mises en place par l’école pour soutenir les enfants, notamment celle de donner de l’information générale concernant la transition vers la maternelle (97,8 %), l’évaluation de l’enfant (95,5 %) et celle de revoir le nombre d’enfants inscrits à la maternelle (92,2 %). L’activité la moins souvent mise en place par l’école selon les psychologues est la création d’une annonce concernant l’inscription à la maternelle (10 %). Les résultats montrent également que 52 % des psychologues participent à au moins une activité de transition entre les services de garde et la maternelle par année. Les trois activités les plus souvent rapportées sont le dépistage auprès des enfants (72,7 %), la collaboration avec les enseignants de maternelle (67,4 %) et la collaboration avec les éducatrices (79,8 %). Les activités les moins rapportées concernent les groupes de support pour les familles (12,4 %), les visites à domicile (13,5 %) et de l’information générale sur la transition vers la maternelle auprès de la famille (13,5 %). Les psychologues considèrent dans une proportion de 35,6 % que leur implication dans des activités de transition vers la maternelle ne constitue pas un des rôles professionnels qu’ils doivent assumer. D’autres considèrent que le manque de connaissance (6,7 %) et de formation (6,7 %) sont des obstacles qui les empêchent de s’investir dans les activités de transition. Enfin, le manque d’intérêt (4,4 %) est l’obstacle le moins souvent rapporté par les psychologues. Les chercheurs concluent que la majorité des psychologues s’impliquent dans les activités de transition vers la maternelle. Par contre, ils soulèvent un écart entre leur degré d’implication et leur désir de s’impliquer, ce qui peut s’expliquer par deux raisons. D’une part, le tiers des participants croit que les activités de transition vers la maternelle ne font pas partie de leurs tâches professionnelles. D’autre part, puisque certains psychologues scolaires sont engagés comme consultants dans les écoles, leurs tâches professionnelles se limitent parfois à des évaluations et à du soutien pour les enfants à besoins particuliers. Par conséquent, les autres tâches professionnelles sont réduites. Pourtant, les chercheurs pensent que les psychologues sont formés en évaluation, en intervention, en consultation et en résolution de problèmes et devraient pouvoir être davantage mis à contribution dans les activités de transition vers la maternelle. Les auteurs soulèvent des limites à cette étude, dont le fait que seuls les psychologues membres de la NASP y ont participé, ce qui pourrait être moins représentatif de l’ensemble des psychologues scolaires. En outre, d’autres recherches seront nécessaires pour mieux comprendre le rôle des psychologues scolaires à l’égard de la transition services de garde-maternelle.