Colloque 520 ACFAS 2021 – Accompagner les praticiens en petite enfance et à l’éducation préscolaire : des exemples de projets concrets pour soutenir leur développement.

Vendredi 7 mai 2021

Responsables : Annie Charron, Myriam Villeneuve-Lapointe**, Maude Roy-Vallières* et Nathalie Bigras

Certains documents de présentations sont disponibles en cliquant sur la page de présentation.

Résumé
Pour respecter l’unicité de l’enfant, plusieurs études répertorient des pratiques éducatives de qualité en langage (Cunningham et al.,2009 ; Schachter et al., 2016), mais il semble que ces dernières soient difficilement appliquées de manière différenciée et qu’elles le soient encore moins auprès de public d’enfants allophones (Armand et al.,2008).

Dans le cadre d’une recherche longitudinale dans des centres de la petite enfance, quatre éducatrices ont nommé le besoin d’être soutenues dans leurs interventions auprès d’enfants allophones. Cela a mené à un repositionnement méthodologique de la recherche pour laquelle un nouvel objectif spécifique s’est ajouté : comparer les pratiques éducatives en langage d’éducatrices en CPE utilisées auprès d’enfants allophones avant et après la mise en place d’un dispositif de codéveloppement de pratiques (Allen et al., 2011).

Les éducatrices ont été accompagnées pendant deux ans (2018-19) à raison d’une période d’une heure par éducatrice toutes les trois semaines, et au moyen de ce dispositif de codéveloppement itératif en cinq étapes, en présentiel et à distance. Les résultats comparatifs montrent notamment que plus l’accompagnement est soutenu dans le temps, plus les pratiques éducatives en langage des éducatrices sont différenciées. De plus, plus elles explicitent (l’une des étapes du dispositif) et discutent des pratiques utilisées, plus ces dernières peuvent être qualifiées de haut niveau.

Résumé
Considérant que le langage oral et écrit est relié à la réussite éducative des enfants, le rôle des enseignant(e)s pour le soutenir dès l’éducation préscolaire 5 ans s’avère crucial. Pour ce faire, le jeu symbolique de l’enfant constitue un contexte par excellence. Toutefois, les enseignant(e)s s’interrogent sur les interventions à y privilégier pour soutenir le développement du langage oral et écrit. De telle sorte que pour le promouvoir à l’éducation préscolaire 5 ans, il convient d’accompagner les enseignant(e)s qui interviennent quotidiennement auprès des enfants en classe.

C’est d’ailleurs l’objectif général poursuivi par le présent projet de recherche-action qui visait à mettre en place un dispositif de développement professionnel auprès de 17 enseignant(e)s à l’éducation préscolaire 5 ans afin de les soutenir à cet égard et à en mesurer les effets. Précisément, le dispositif visait l’analyse (individuelle et en groupe) de leurs pratiques enseignantes en classe au moyen de la vidéo.

Les résultats font ressortir un effet significatif et positif du dispositif de développement professionnel sur les pratiques enseignantes en matière de jeu symbolique, mesurées à partir du Mature Play Observation Tool. Les données permettent aussi de dégager des tensions dans les pratiques enseignantes en langage oral et écrit en situation de jeu symbolique. Cette présentation fera état des retombées de ces résultats pour la pratique enseignante et dégagera des avenues de recherches.

Résumé
Le développement langagier est lié aux expériences langagières que l’enfant préscolaire expérimente en contexte éducatif (Hoff, 2006). En Belgique, l’école maternelle est fréquentée la majeure partie de la journée par 94% des enfants dès l’âge de 3 ans. Ainsi, grâce aux interactions quotidiennes que l’enfant peut y expérimenter, l’école est un lieu propice pour soutenir le développement langagier. Toutefois, les études démontrent que les pratiques soutenant le langage sont peu utilisées dans ce milieu (Leroy et al., 2017). Ce constat témoigne de l’importance de développer des dispositifs d’accompagnement efficaces. L’individualisation des dispositifs représente une première clé pour garantir une certaine efficacité. Dès lors, notre étude a pour objectif d’observer les interactions langagières en classe au moyen de l’outil CLASS PreK (Pianta et al., 2008) et de dresser les profils d’interaction présents parmi les enseignant.e.s de 2e maternelle. Cette étude discute de l’importance d’individualiser les dispositifs selon les profils des enseignant.e.s afin de maximiser les stimulations langagières en classe.

Résumé
L’implantation des maternelles 4 ans à temps plein en milieu défavorisé (TPMD) au Québec amène de nouveaux besoins de formation et de recherche. En effet, les enseignants intervenant dans ces classes doivent avoir de bonnes connaissances quant aux besoins et aux intérêts des enfants de 4 ans notamment en émergence de l’écrit et aux pratiques enseignantes favorisant son développement puisque la réussite éducative en émergence de l’écrit est liée à celle de l’enfant à l’éducation préscolaire et à sa réussite au cours des années suivantes. Dans le cadre de cette recherche-action-formation, undispositif de formation et d’accompagnement a donc été élaboré avec les conseillères pédagogiques du préscolaire d’une commission scolaire afin de soutenir les sept enseignantes participantes dans l’appropriation et la mise en place de pratiques efficaces favorisant le développement de l’émergence de l’écrit auprès des enfants à l’éducation préscolaire 4 ans. Cette communication vise, d’abord, à présenter le dispositif de formation et d’accompagnement élaboré et, ensuite, à documenter les pratiques déclarées en émergence de l’écrit des enseignantes dans leur journal de bord au regard de l’accompagnement et de la formation reçus. Des pratiques favorisant le développement du langage oral et l’émergence de la lecture et de l’écriture ont été recensées.

Résumé
Quotidiennement, plusieurs enseignantes à l’éducation préscolaire ont recours à la musique afin d’accompagner les enfants lors des routines et des transitions et de soutenir leur développement et leurs apprentissages (Gillespie et Glider, 2010). L’engagement et la joie suscités par l’intégration de la pratique active de la musique en font un outil pédagogique particulièrement attrayant et efficace (Koops, 2017). Pourtant, nombre d’enseignantes ne se sentent pas suffisamment outillés à cet effet et indiquent avoir besoin d’accompagnement afin de développer les compétences nécessaires à l’intégration de la musique à leurs pratiques pédagogiques. 

En ce sens, dans l’intention de répondre au besoin d’accompagnement nommé par certaines enseignantes, une communauté d’apprentissage a été mise sur pied à la Commission scolaire des Hautes-Rivières. D’une durée de trois ans (2017-2020), cette initiative a permis à 10 enseignantes de maternelle 4 et 5 ans de développer leur sentiment d’efficacité quant à la pratique de la musique. Au fil des années, elles ont créé et intégré un bon nombre d’activités musicales dans leur classe, en plus transmettre leurs connaissances à leurs collègues. Cette communication présentera les étapes, les objectifs et les résultats de ce projet et proposera différentes avenues pour les recherches futures. 

Résumé
Lors de l’entrée en carrière à l’éducation préscolaire, les enseignant.e.s novices font face à plusieurs défis (CSÉ, 2012; Onnismaa, Tahkokallio, et Kalliala, 2015; Oplatka et Eizenberg, 2007). Notamment, il est difficile pour les novices de respecter leur posture de prédilection faisant face à la dichotomie entre l’approche d’enseignement systématique et l’approche développementale présente à l’éducation préscolaire (April et al., 2015; Bouchard, Charron, et Bigras, 2015; Brougère, 2010; Hirsh-Pasek, Golinkoff, et Singer, 2009; Sproule, Walsh, et McGuiness, 2019). Des mesures de soutien sont mises en place pour les novices, mais elles sont offertes à géométrie variable dans les milieux et les dispositifs de développement professionnel (DP) ancrés dans leur activité réelle et basés sur les critères d’efficacité du DP reconnus (Desimone, 2009 ; Durand, Ria, et Veyrunes, 2010) sont très peu exploités (Mukamurera et al., 2013). De plus, aucune recherche ne s’est attardée à décrire les effets d’un tel dispositif dédié aux novices à l’éducation préscolaire. La communication vise à décrire la mise en place d’un dispositif orienté-activité ainsi qu’à identifier les tensions vécues par des enseignantes suppléantes à l’éducation préscolaire. Les résultats préliminaires mettent en lumière leurs expériences significatives et leurs apprentissages (Theureau, 2006) dans le dispositif au regard de leur objet de DP commun : respecter l’approche développementale en contexte de suppléance.

Résumé
Pour faire face aux tendances de primarisation des degrés préscolaires, nous proposons une formation continue centrée sur les spécificités de l’enseignement et de l’apprentissage dans les premiers degrés de la scolarité. Cette formation vise l’enseignement des apprentissages fondamentaux, considérés ici comme les apprentissages fondateurs de la scolarité des élèves (Clerc-Georgy & Kappeler, 2017) au travers d’une didactique du jeu et par le jeu (Clerc-Georgy, Martin & Maire Sardi (soumis) ; Pramling et al. 2019).Plus concrètement, la formation a lieu un jour par mois durant deux ans et permet ainsi aux enseignantes de tester, éprouver, expérimenter de nouvelles pratiques dans leur classe et d’enrichir les séances de formation avec leurs exemples, leurs questions, leurs réussites et leurs difficultés. Dans cette communication, nous présenterons le dispositif de formation mis en œuvre ainsi que l’analyse d’écrits réflexifs produits par les participantes dans lesquels elles décrivent, se décrivent, questionnent ou racontent, les effets de la formation. Ces analyses, articulant analyse du discours et analyse du contenu, à savoir ce sur quoi portent les changements décrits (pratiques, organisation, structure, apprentissages des élèves, …) avec l’analyse de la nature de ces changements (Marton & al., 1996) permettront de mieux saisir les nouvelles significations construites par les enseignantes ainsi que la nature du développement professionnel engendré par cette formation.


Concours d’affiches virtuelles

Résumé
L’objectif général vise à étudier les relations entre la qualité de l’environnement éducatif et l’engagement de l’enfant dans ses expériences d’apprentissage en émergence de l’écrit à l’éducation préscolaire. Le langage oral, la lecture et l’écriture sont des processus interreliés, et les premiers apprentissages dans ces trois domaines fournissent au jeune enfant une base indispensable aux apprentissages scolaires ultérieurs. Par des pratiques éducatives de qualité, l’environnement éducatif de la classe soutient l’engagement de l’enfant en émergence de l’écrit. L’environnement éducatif inclut la dimension physique (aménagement de la classe, livres, matériel d’écriture) ainsi que la dimension interactive (interactions de l’enseignant.e et des enfants). L’engagement de l’enfant réfère à ses interactions avec l’enseignant.e, les pairs et les activités. La qualité de ces interactions joue un rôle essentiel dans l’émergence de l’écrit des enfants de 4 ans et de 5 ans et dans leur réussite éducative. Cette recherche poursuit 3 objectifs : 1) Documenter et évaluer la qualité de l’environnement physique et interactif en émergence de l’écrit de classes d’éducation préscolaire; 2) Évaluer le niveau d’engagement des enfants dans leurs expériences d’apprentissage en émergence de l’écrit; 3) Examiner les relations entre la qualité de l’environnement éducatif en émergence de l’écrit et le niveau d’engagement des enfants dans leurs expériences d’apprentissage en émergence de l’écrit.

Résumé
Le succès de l’implantation d’une pédagogie d’éducation par la nature dans un milieu de garde passe notamment par la communication avec les parents (Parsons et Traunter, 2020).  Ces échanges permettent aux parents de mieux comprendre les effets bénéfiques potentiels de cette approche sur leur enfant, d’améliorer leur participation auprès du milieu de garde et de renouveler la valeur qu’ils accordent au temps passé à l’extérieur (Jayasuriya et al., 2016). C’est dans un souci de connaitre la perception des parents de l’éducation par la nature qu’une enquête a été menée un an après le début du projet de recherche « Alex – Éducation par la nature », mené en partenariat avec l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) et Caroline Bouchard (Université Laval). Cette présentation fera connaitre les résultats préliminaires de ce questionnaire répondu par 283 parents d’enfants âgés de 1 à 6 ans qui participaient à ce projet d’éducation par la nature dans leur service de garde éducatif au Québec. Ce questionnaire invitait les parents à partager leurs impressions quant à cette approche au regard du développement global et de l’écosensibilité de leur enfant, à nommer les défis vécus et à se prononcer sur les apports de l’éducation par la nature sur leur vie familiale et le soutien offert en service de garde éducatif à l’enfance en contexte de pandémie.

Résumé
La qualité en service de garde est étudiée sous différents angles depuis plusieurs années, et l’importance de cette qualité pour le développement des enfants ne fait plus aucun doute. La qualité en contexte éducatif se décline sous trois dimensions (structurelle, processus et orientations). La qualité des interactions est la dimension de la qualité des processus la plus déterminante pour le développement de l’enfant (Anders, 2015 ; Curby, Rimm-Kaufmann et Abry, 2013). Du côté de la qualité des orientations ou les connaissances d’approches pédagogiques, elles influenceraient la qualité des interactions. Au Québec, différentes approches inspirent des équipes de CPE. Majoritairement, ces approches se sont d’abord intéressées aux enfants de plus de 3 ans. L’une d’elles se distingue par son intérêt porté au développement des enfants de 0 à 3 ans : l’approche piklérienne. Ainsi, notre question est : qu’est-ce qui caractérise la qualité des interactions des groupes de CPE qui mettent en œuvre l’approche piklérienne auprès d’enfants de 0 à 3 ans ? Comment cela se passe-t-il et pourquoi ? Pour y répondre, nos objectifs : 1) décrire les caractéristiques des composantes structurelles présentes dans ces groupes ; 2) décrire les caractéristiques de la nature des interactions vécue dans des groupes ; 3) approfondir avec ces éducatrices leurs conceptions de l’enfant, des interactions avec eux dans le cadre de cette approche et les effets qu’elles observent sur les enfants de leur groupe.

Résumé
Bien que plusieurs études aient tenté de bonifier le soutien à l’apprentissage offert en milieu éducatifpar le développement professionnel des personnes éducatrices à la petite enfance, ces dispositifsn’influenceraient que modérément cette dimension de la qualité des interactions. Cette influence modérée s’expliquerait notamment par le fait que seules les pratiques éducatives sont mesurées pourattester des changements relatifs aux dispositifs (Markussen-Brown et al., 2017), bien que ces derniers transforment aussi leurs connaissances qui, à leur tour, influencent leurs pratiques (Schachter et al., 2016). Il importe de mesurer divers aspects relatifs au développement professionnel pourdocumenter l’effet d’un dispositif (Coldwell et Simkins, 2011).

Le caractère novateur du projet se reflète par la place accordée à l’apprentissage actif des personnes éducatrices et à leurs réflexivités dans le cadre du dispositif, deux aspects reconnus comme efficaces pour soutenir leurs développements professionnels (Markussen-Brown et al., 2017 ; Desimone, 2009).

Lors de la présentation orale, le premier objectif du projet doctoral sera présenté, c’est-à-dire de mettre en place un dispositif d’accompagnement en lien avec le SA auprès d’éducatrices pratiquant l’éducation par la nature. En plus de la problématique et du cadre conceptuel, un aperçu de la méthode mixte combinant un devis quasi-expérimental et qualitatif sera présenté.

Résumé
On sait que l’implication parentale est un facteur de protection indéniable pour la réussite scolaire des enfants (Deslandes 2010). Les pratiques collaboratives ne sont pas toujours suffisamment décrites dans les recherches pour permettre une réplication aisée de ces interventions dans d’autres milieux scolaires et elles portent davantage sur l’ordre primaire (J. Larivée et Larose 2014). « Il est intéressant de continuer à investiguer pour comprendre davantage les mécanismes par lesquels la participation parentale à l’école influence la réussite scolaire… » (Nanhou, Desrosiers et Belleau, 2013, p. 15). Les travaux sociologiques qui prennent en compte le point de vue des enfants sur leur éducation sont rares. (Montandon et Osiek, 1997). Objectifs spécifiques de recherche :

  1. Documenter les activités vécues dans le cadre du volet Parents.
  2. Décrire les expériences vécues par les parents et les enseignants.
  3. Comprendre l’expérience vécue par les enfants.

Outils de collecte :
-Grille d’entretien pour l’enseignant
-Grille d’entretien pour le parent
-Grille d’observations directes des enfants ou grille d’entrevue auprès des enfants
-Journal de bord pour les enseignants
-Journal de bord du chercheur

Résumé
Le processus de documentation pédagogique est complexe et requiert un accompagnement soutenu. Ce projet de recherche vise à connaître ce que représente, pour les responsables pédagogiques, l’accompagnement du personnel éducateur en CPE impliqué dans une démarche d’appropriation du processus de documentation pédagogique s’inspirant de l’expérience éducative de Reggio Emilia. Dans une épistémologie poststructuraliste, la recherche sera effectuée selon les principes de phénoménologie post-intentionnelle décrits par Vagel (Vagel, 2010, 2015, 2018 ; Vagel et Hofsess, 2016 ; Vagel Monette, Thiel, Wester-Neal, 2017).

Résumé
L’Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle (EQDEM) a permis de dresser un portrait de la maturité scolaire des enfants de cinq ans. La collecte de données a été faite par les enseignants à l’aide de l’Instrument de mesure du développement de la petite enfance (IMDPE). L’IMDPE comporte des questions sur cinq domaines de développement dont celui de « Santé physique et bien-être ». Pour ce domaine, l’EQDEM a révélé que plus de 9000 enfants (10,6%) étaient vulnérables en 2017. La présente recherche vise donc à mieux comprendre cette vulnérabilité, mais plus particulièrement au niveau de la motricité des enfants. Trois objectifs spécifiques sont visés : évaluer le niveau des scores pour les items de motricité; comparer les scores de motricité globale à ceux de motricité fine; identifier si les scores des items liés à la motricité sont influencés par certains facteurs socio-démographiques. Des analyses secondaires des données de l’EQDEM 2017 seront réalisées et permettront de répondre aux objectifs de recherche. Les résultats préliminaires de ces analyses seront présentés dans l’affiche. Cette recherche aura comme retombée potentielle d’aider les enseignants de maternelle à orienter leurs pratiques en lien avec la motricité des enfants et à soutenir les enfants plus vulnérables dans leur préparation à l’école.

Résumé
L’importance de la période de la petite enfance pour la réussite éducative n’est plus à prouver, l’accès universel à une éducation préscolaire de qualité faisant d’ailleurs partie des objectifs de développement durable des Nations Unies pour 2030. À l’âge préscolaire, le développement du cerveau de l’enfant est affecté par la qualité des expériences vécues. Des études ont montré que peu de services éducatifs dans le monde offrent des expériences de qualité élevée et constante. En ce sens, il parait nécessaire d’évaluer les niveaux de qualité éducative vécus dans les services éducatifs à l’enfance (CPE et maternelle 4 ans)  au Québec. Or, les études ayant étudié la qualité éducative dans ces contextes comportent plusieurs limites, comme des résultats hétérogènes et aucune comparaison des CPE et des maternelles 4 ans. Cette étude cherche à répondre à ces limites en identifiant les niveaux de qualité éducative dans des groupes d’enfants de quatre ans fréquentant des CPE et des maternelles 4 ans québécois. Un questionnaire sera utilisé pour mesurer les variables structurelles de la qualité, tandis que la variable de la qualité des interactions sera mesurée à l’aide du CLASS Pre-K. Des analyses descriptives, corrélationnelles et de régression permettront de répondre aux objectifs de recherche. Les résultats permettront de cibler des points forts et des pistes d’amélioration pour les services éducatifs à l’enfance étudiés, contribuant à l’atteinte de l’objectif des Nations Unies.

Résumé
L’Enquête québécoise sur la santé de la population rapporte que 12% des enfants auraient un niveau global modéré ou sévère de difficultés socioaffectives (MSSS, 2012). Ces résultats sont alarmants, puisque l’apprentissage et le maintien de relations positives durant la petite enfance sont prédicteurs de la réussite scolaire et sociale des enfants (Yoder et al., 2019; Downer et al., 2013). Ainsi, plusieurs chercheurs présentent l’éducation par la nature comme une pédagogie émergente à envisager pour favoriser le développement socioaffectif des enfants et pour peaufiner nos connaissances liées à leur comportement dans différents contextes (ex.Savery, 2017; Ghafouri, 2014). De fait, la recherche présentée s’inscrit dans le projet de recherche ALEX – éducation par la nature (Caroline Bouchard : chercheuse principale). Elle vise à décrire l’engagement d’enfants de 4-5 ans (n =111) envers leurs pairs dans un contexte d’éducation par la nature en CPE québécois. Pour ce faire, les enfants participants à l’étude ont été observés à l’aide de l’outil d’observation The Individualised Classeroom Assessment Scoring System (inCLASS; Downer et al., 2010) afin de mesurer leur niveau d’engagement envers leurs pairs (sociabilité, communication, affirmation et conflit) dans un contexte d’éducation par la nature. Puis, leurs éducatrices (n=19) ont été questionnées sur les mêmes dimensions de l’engagement des enfants de leur groupe par le biais d’entretiens semi-structurés menés à l’automne 2019.

Résumé
La période optimale d’apprentissage d’une langue se situerait entre la grossesse et l’âge de 6 ans (De Houwer, 2018; Hoff, 2009; Klein et al., 2014). Plus les enfants seraient exposés aux langues des parents, plus elles seraient utilisées et transmises efficacement (Hoff, 2009; Houle, 2011). La région bilingue du Sud-Est du Nouveau-Brunswick en fait un milieu propice pour analyser les comportements menant aux choix langagiers que des familles endogames, exogames et allophones font pour leurs enfants. Cette affiche présente le modèle conceptuel d’une étude doctorale en cours qui vise à mieux saisir la dynamique entre divers facteurs environnementaux qui influenceraient les comportements langagiers de parents d’enfants d’au plus 3 ans. Ces mêmes comportements auraient un impact sur l’acquisition langagière des enfants. Cette étude prospective de type mixte par modèle transversal séquentiel explicatif est ancrée dans les champs de recherche en politique langagière familiale et en éducation à la petite enfance en contexte minoritaire. L’approche écosystémique (Bigras et al., à paraître, 2020), la théorie socioculturelle (Vygotsky, 1962, 1978), les travaux de Landry, Allard et Deveau (2005, 2006, 2008, 2010) et l’approche des croyances parentales (De Houwer, 2011; Nakamura, 2019) seront exposés pour mieux comprendre ces facteurs d’influence. Connaître les intentions langagières de parents permettra d’éclairer les intervenants en petite enfance qui accompagnent les familles.